Split

Hellooo ! comment va ? vous le savez, j’ai regardé Split peu de temps après avoir regardé Glass… parce que j’aime faire les choses dans l’ordre (cf. les Kingsman, n’est-ce pas). Bref. Du coup, mon avis.

Synopsis

Kevin a déjà révélé 23 personnalités, avec des attributs physiques différents pour chacune, à sa psychiatre dévouée, la docteure Fletcher, mais l’une d’elles reste enfouie au plus profond de lui. Elle va bientôt se manifester et prendre le pas sur toutes les autres. Poussé à kidnapper trois adolescentes, dont la jeune Casey, aussi déterminée que perspicace, Kevin devient dans son âme et sa chair, le foyer d’une guerre que se livrent ses multiples personnalités, alors que les divisions qui régnaient jusqu’alors dans son subconscient volent en éclats. (par Allociné.fr)

Mon avis

Alors, on découvre un mec (James McAvoy) qui 36 000 (au moins !) personnalités… autant dire qu’il faut s’accrocher pour suivre. Je pense d’ailleurs le regarder une seconde fois pour être sûr de tout bien comprendre.

Sinon, ce même mec a kidnappé 3 jolies adolescentes pour… pour les offrir à la bête. De quoi ça s’agit encore « la bête » ? on apprendra plus tard que la bête est tout simplement une énième personnalité et pour vivre elle doit se nourrir de filles « parfaites » à qui tout sourit à la vie.

Les filles tentent de s’évader (normal) mais les 36 000 personnalités sont finalement plus malignes que les 3 filles. Dommage.

L’une d’elle, Casey (Anya Taylor-Joy) est cependant un peu plus maligne, mais surtout, SURTOUT, ce n’est pas une fille « parfaite » à qui tout sourit (cf. plus haut) … on apprend qu’elle a eu une enfance plutôt difficile ce qui lui permettra aujourd’hui de s’en sortir face à la bête.

En effet, la bête et toutes les autres personnalités d’ailleurs existent pour « protéger » (entre guillemets car je n’ai pas bien compris de quoi elles protégeaient) Kevin, le vrai mec derrière toutes ces personnalités, qui a également eu une enfance difficile. Du coup, Il veut se venger en s’en prenant à toutes les personnes qui ont eu une enfance un peu trop rose à son goût… et prioritairement des filles car sa maman est finalement responsable de son enfance difficile… donc il rejette la présence féminine, normal.

Finalement, ce film introduit un personnage aux multiples facettes, toute clairement unique et indépendante. Le travail de l’acteur est très clairement énorme. Il passe d’un personnage à l’autre sans sourciller. Mais surtout chacune des personnalités est un personnage à lui-seul. Même si tout ce bazar de personnalités est un peu tiré par les cheveux (autant de personnalités ça parait gros quand même), cela introduit tout de même le problème d’inhibition d’un évènement passé pour se protéger. Ici il est souligné par la schizophrénie mais c’est tout de même un cas super intéressant et c’est en rédigeant ces lignes que je le comprends encore plus.

Sur ce, des bisous.

Un avis supplémentaire avec Journal d’une bouquineuse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :